La révélation de William Reymond dans la dépêche AFP, 1998

Bonjour je cherchais sur internet, et je tombais sur quelque chose de très intéressant, mais malheureusement, je n'arrivais pas à avoir cette article qui était une révélation de William Reymond au vu du sujet concernant un membre de l'OAS, alors voici l'article que j'avais réussi à me procurer par François Carlier que je le remercie:

____________________________________________________________________________________________________________

Kennedy assassiné par un membre de l'OAS, selon un français

Paris (AFP) - Mer 14 Oct 1998 - 17 h 07 heure de Paris - John Fitzgerald Kennedy a été assassiné par un membre de l'OAS faisant partie d'un groupe de "porte-flingues" à la solde de financiers texans farouchement anti-communistes, assure le journaliste français William Reymond dans son livre "JFK, autopsie d'un crime d'Etat" (Flammarion) qui sort Vendredi en librairie.

"Il n'y a pas eu un tireur mais quattre groupe de tireurs. Dans un de ces groupes, celui qui a tué JFK d'une balle à la tête est un français répondant au nom de guerre de "Max", a affirmé à l'AFP l'auteur qui se présente comme historien de formation et journaliste indépendant.

"Ce "Max" est un ancien de l'OAS (Organisation de l'armée Secrète, hostile à l'indépendance de l'Algérie). Après cette guerre, il s'est retrouvé, grâce à un réseau d'amis, dans un camp de mercenaires, près de la Nouvelle-Orléans. Il a été recruté en juillet 63, avec d'autres, pour l'opération anti-JFK. Il n'y a pas participé au nom de l'OAS, mais comme porte-flingue", ajoute-t-il.

"Jusqu'à présent, on avait tous les acteurs de l'affaire mais on n'arrivait pas à les relier entre eux. Quand certains enquêteurs disaient que c'est 'la CIA  qui est responsable', ou 'c'est le FBI', la thèse fonctionnait pour huit personne impliquées sur dix., mais pour les deux autres, ça ne marchait pas. Ici, tous les personnages sont reliés entre eux et ce lien, c'est l'anti-communisme", poursuit M. Reymond.

L'enquêteur, qui dénonce "les erreurs et les trucages" du rapport Warren, cite notamment, à l'appui de sa thèse, des rapports des services français et du FBI qui démontrent la présence de 'Max' à Dallas ce 22 Novembre 1963... M. Reymond ne cite pas son vrai nom. "J'ai perdu sa trace en 1964 et ne puis dire s'il est vivant ou mort à l'heure actuelle", précise-t-il.

(Dépêche AFP, Agence France Presse, 1998)

____________________________________________________________________________________________________________

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×