Notre thèse de sa présence

Jean-Jacques Susini, jeune

Pourquoi un tel titre pour le sujet voici du pourquoi et du comment.

Une photo, au tout début, m'avait alors vraiment très frappé, en regardant justement, un documentaire sur l'OAS, je ne faisais pas bien attention, mais cela m'avait tout bêtement frappé plus tard, pour une seule chose, ainsi je vis la photo d'où il y avait dessus "Joseph Adam Milteer", (au-dessous de la flèche rouge), un extrêmiste de droite, dans le bouquin de William Reymond, plus loin on y voyait un homme , entre la femme de couleur et l'homme qui se protègeait du soleil, un homme ressemblant étrangement à "Jean-Jacques Susini", ancien chef politique de l'OAS (dessous le carré blanc). Nous menons alors la piste "Susini", qui peut-être nous avais amené vers celle de "Max", "Ladislas", et "Etienne". Nous avions alors demandé à tout ceux qu'il le connaissait si il était à Dallas le vendredi 22 novembre 1963 ? On nous avait dis que "non" il se trouvait en Italie, d'autres nous disaient à Danemark. J'avais moi-même pris la peine de lui écrire personnellement , mais avait pas eut de réponse de sa part. Alors, j'avais demandé à un expert, qui connaissait bien les photographies de l'assassinat de JFK, Marcel. Il m'avait fait un croquis des deux photos, côte à côte, c'était là où nous étions aperçu que l'on s'était trompé sur cette thèse. L'homme n'était pas "Jean-Jacques Susini", donc milles excuse à cet homme. C'était une thèse qui est partie dans la poubelle malheureusement. On ne la suivait plus malheureusement. Un de mon équipe continu d'ailleurs la piste de Jean-Jacques Susini, il pense fortement que cet homme lui ressemble. Alors à voir. Je dis une chose à vous de juger sur les photos de l'homme et de Susini.

Voici ce que j'avais reçu il y a longtemps:

 

3 votes. Moyenne 2.33 sur 5.

Commentaires (3)

1. Villard Jacques (site web) 24/09/2010

Monsieur,
Vous voulez garder votre adresse secrète pour des raisons de sécurité mais vous demandez leurs coordonnées à vos correspondants.
Ce n'est pas logique et représente un manque de confiance.
Si vous placez la French Connection de l'assassinat du Président Kennedy sous la responsabilité de l'OAS, Jean Jacques Susini doit être votre interlocuteur puisqu'il a été le chef de l'OAS.
C'est lui qui ordonnait les assassinats et c'est lui qui a donné l'ordre d'assassiner mon père entre autres.
Pour ce qui est de l'opération qui vous intéresse, il n'y avait que lui pour prendre une telle décision collective et donner les moyens aux agents de l'exécuter.
Je suis certain que ce n'est pas lui sur la photo.
il n'était pas aux USA à l'époque.
De toute manière, il n'était pas homme à se trouver sur les lieux des crimes qu'il commanditait.
Il n'avait le courage ni de tuer directement ni de revendiquer les ordres donnés.
Par contre, les autorités françaises de l'époque étaient parfaitement tenues au courant de toutes les opérations d'envergure.
Il n'est pas pensable de croire que des activistes français aient pu s'engager dans une telle opération sans que les Services français ne fussent tenus au courant.
Le patron de l'ORO à savoir la branche de l'OAS qui exécutait les ordres de mise à mort était le Docteur Jean Claude Pérez est lui aussi vivant.
Tout ces gens là vivent librement en France avec reconstitution de carrière et protection des Services Français ce qui prouve bien la collusion entre l'Organisation et l'Etat.
Le Lieutenant Degueldre était celui qui appuyait sur la gâchette ou formait les équipes chargées des exécutions.
Il a été fusillé après jugement.
Susini et Pérez ont surement été soulagés car l'homme n'acceptait pas les compromissions ou les lâchetés et les auraient exécutés à leur tour.
Jean René Souêtre ne faisait pas partie de l'OAS mais d'une autre organisation France Résurrection dont le chef était un résistant : le Colonel Rémy et l'organisateur le Marquis de Brousse de Montpeyroux de Limoges-Bretagne.
A aucun moment, l'assassinat du Président Kennedy n'a été envisagé par cette organisation.
DEs contacts avaient été noués avec la CIA et avec le Mossad pour essayer de travailler sur une troisième voie plus conforme aux intérêts des algéro-français que celles préconisées par le Gouvernement français et le FLN.
Un homme des Services français a infiltré cette organisation et a fait procéder à plusieurs arrestations.
Plusieurs personnes ont porté le pseudonyme de Max dans l'OAS et en particulier Georges Wattin.
Essayons de chercher ensemble et posez-moi des questions.
J'ai travaillé le sujet de l'OAS pendant 40 ans.
J'ai de nombreux documents que l'on a essayé de voler puis de détruire par le feu en mai et août 2009.
La Gendarmerie a enquêté puis a fait classer l'affaire.
Tout cela pour vous dire que la France ne s'est pas en,core débarassée de ces vieux démons.
Bien à vous
Jacques Villard

2. PESKOWSKI-SLAMA (site web) 18/08/2011

Contrairement, à ce que dis Jacques VLLARD? qui a voulu me rencontrer à TOULON en 1977, je connais très bien Jean-Jacques SUSINI que j'ai connu bien avant les barricades du 24 Janvier 1960. Jean-Jacque, mopn ami contrairement à ce que Villard écrit était courageux et il allait au "charbon, il a lui aussi exécuter des gus, je peux en rémoigner et plusieurs delts en vie comme moi ausi. Jean-Jacques est un homme de sang froid et de courrage. Delta 10

3. VILLARD Jacques 25/08/2011

Le seul courage de Jean Jacques Susini est d'avoir attiré des patriotes dans des traquenards et de les avoir fait abattre alors qu'ils étaient désarmés.
Susini ne s'est jamais battu. Il n'a jamais porté un quelconque uniforme.
Il s'est servi du désespoir des français d'Algérie pour ses ambitions personnelles.
J'ai rencontré Edouard Slama à Toulon au Bar le Victoria.
J'ai rencontré Susini au bar le Luco à Paris en compagnie de Dominique Zattara.
Susini a ordonné l'exécution, entre autres, de mon père et de Michel Leroy.
Il a trompé la confiance de Le Pivain et de Degueldre qui ont exécuté les deux hommes.
Ne parlons pas de l'affaire Gorel et d'autres !
C'est un assassin de la pire espèce qui a bénéficié de la complaisance de politiciens français et algériens qui s'en sont servis pour accomplir les plus mauvais coups contre leurs peuples respectifs.
Jamais, ni le Général Salan, ni le Général Jouhaud n'ont ordonné d'exécutions sommaires.
Ils étaient soldats et hommes d'honneur.
Susini s'est nourri des caisses noires de l'OAS et de certains partis politiques français.
Il vaut mieux oublier ce personnage qui n'a rien de glorieux.
Il vit grâce à la bonne volonté de l'Etat français qui n'a aucune leçon à donner aux pays qui hébergent des repris de justice qui devraient passer devant le Tribunal Pénal International pour crimes contre l'humanité.
Jacques Villard

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site